RADIO(S)

Alerte info




Armes de pillage massif selon certains, machines à sauver des vies pour d’autres. Depuis qu’ils ont fait leur apparition en France, il y a quinze ans, les radars automatiques suscitent débats et polémiques.

Les actes de vandalisme les ciblant ne sont pas nouveaux. Mais depuis quelques mois, le phénomène a atteint une ampleur inédite dans le pays, sous l’effet cumulé de la réforme des 80 km/h – en vigueur depuis juillet – et de la colère retentissante des Gilets jaunes.

1. 95% des radars puydômois hors service

Le département est en théorie couvert par vingt-deux dispositifs sédentaires de contrôles de la vitesse : dix-sept cabines fixes « classiques », quatre radars discriminants (qui distinguent les poids-lourds) et un radar tronçon dans les virages de Coudes.


Partager