RADIO(S)

Alerte info




Deux immeubles se sont effondrés dans le centre de Marseille, lundi 5 novembre 2018 matin. D'après nos informations, l'un des bâtiments était frappé de péril imminent depuis plusieurs semaines.

Deux immeubles se sont effondrés dans le centre de Marseille, rue d'Aubagne, lundi 5 novembre 2018 matin, faisant au moins deux blessés légers. Vers 10h, les marins-pompiers avaient déployé 40 hommes et 18 véhicules sur place. Les secours ont indiqué que selon leurs informations, 12 personnes pourraient potentiellement vivre à ces adresses.


Un des bâtiments frappé de péril imminent. Présent sur place, l'adjoint au maire de Marseille Julien Ruas, responsable du Bataillon de Marins-Pompiers, a quant à lui indiqué que l'un des deux immeubles faisait l'objet d'un arrêté de péril depuis "une dizaine de jours", "suite à une difficulté sur une cloison au 1er étage". Ses occupants devaient donc a priori avoir été évacués. Cet immeuble, situé au n° 63 de la rue d'Aubagne, appartiendrait à la Ville de Marseille qui devait y installer une micro-crèche de dix berceaux, précise par ailleurs le site Marsactu. 


Un troisième immeuble menace de s'effondrer. Les deux bâtiments très vétustes, situés rue d'Aubagne, étaient réduits lundi matin à un amas de détritus. Selon les marins-pompiers, un troisième immeuble mitoyen menaçait aussi de s'effondrer.

"J'ai entendu un grand bruit". Une femme sortant de l'un des immeubles couverte de poussière a été éloignée par les secouristes. "J'habite juste à côté, je regardais la télé quand j'ai entendu un grand bruit, mais pas d'explosion, puis un nuage de fumée", a témoigné Antonio Dias, 30 ans. Une autre voisine, Sofia Benameur, a elle aussi entendu un bruit "qui faisait 'badaboum, badaboum' comme des pierres". "D'un coup, il y a eu plein de fumée chez moi, j'ai dû sortir en courant", explique-t-elle. 

Une cellule de suivi ouverte. La préfecture des Bouches-du-Rhône a annoncé sur Twitter avoir ouvert une cellule de suivi avec la préfecture de police de Marseille et les marins-pompiers.

Partager